A la Vitrine du Libraire

 

Max Gallo " Victor HUGO "
Notre siècle a deux ans. Napoléon ne percera plus sous Bonaparte mais Victor Hugo sera bien présent au rendez-vous de son bicentenaire. Max Gallo nous donne l'occasion de revoir nos connaissances sur cet immense écrivain qui s'est distingué, avec un égal bonheur, dans tous les genres littéraires. Sainte-Beuve qui fut un temps son ami n'écrivait-il pas " drame, roman, poésie, tout relève aujourd'hui de cet écrivain qui n'est pas moins grand prosateur que grand poète ".
Certes nos bons professeurs nous ont familiarisés, il y a quelques années, avec cette grande figure du romantisme français. Mais Max Gallo n'a pas la pudeur de nos maîtres d'alors. Il nous retrace la vie intime de son personnage, ses premiers succès, ses doutes, son ambition surtout d'égaler, pour le moins, Chateaubriand.
Adulé par les uns, honni par les autres, partagé entre les réticences d'une épouse et les caprices d'une maîtresse, il n'eut pas toujours la vie facile. Cette biographie très détaillée, truffée de citations qui vous reviennent en mémoire au fil des pages; est à lire par tous ceux qui ont gardé le souvenir d'un Van Tieghem, d'un Versini ou d'un Grogurin pour ne citer que les profs de lettres de ma génération.
 
Jean d'Ormesson " Voyez comme on danse "
Si Max Gallo est passé du roman à la biographie (Napoléon, de Gaulle), comme beaucoup de romanciers qui ont suivi la même voie, Maurois ou Troyat.
Jean d'Ormesson n'a rien perdu de son imagination de romancier. Sous le prétexte de l'inhumation d'un imaginaire ami, il retrace tous les événements marquants du siècle passé. C'est le vingtième siècle qu'il enterre avec un brin de nostalgie et beaucoup de philosophie. Est-ce lui cet épicurien qui ne veut garder le souvenir que des plaisirs de la vie ? Comme dans ses précédents romans, il est fasciné par le temps. Ce temps qui échappe à toute maîtrise humaine, qui existait avant toute création, qui continuera après la disparition de notre monde. Le temps n'est-il pas l'image de l'éternité ? Je vois très bien notre auteur paraphraser l'évangile de Saint Jean, son Patron, " In principio erat.... le temps ".
Je sais que le coté pédant d'une érudition qu'il étale avec complaisance agacera peut-être certains mais il n'en demeure pas moins qu'il nous livre un roman au style toujours aussi plaisant et si l'on n'y retrouve pas vraiment l'humour " pince sans rire " de ses livres précédents, je pense que vous trouverez plaisir à sa lecture.
 
Tom Clancy " L'ours et le dragon "
Pour ceux d'entre vous qui préfèrent les frissons d'un " thriller ", qu'ils lisent le dernier Clancy. Jack Ryan, le super-espion d' " Octobre rouge " est maintenant président des Etats Unis. Il doit arbitrer un conflit latent entre les russes et les chinois. La Chine cherche à s'emparer des ressources minéralogiques de la Sibérie. Les coups fourrés propres à ce genre de littérature n'y manquent pas mais espérons que l'auteur soit moins clairvoyant que dans son livre précédent (" Sur Ordre ") où le pilote d'un Boeing écrase son appareil et ses passagers sur les bâtiments du Congrès.
Ceux qui apprécient la qualité de l'écriture, sont priés de s'abstenir. Je ne sais si la responsabilité en incombe à l'auteur ou au traducteur mais il m'étonnerait quand même que les hauts fonctionnaires américains qui ont accès au bureau ovale s'expriment dans un langage aussi grivois.
Il n'en demeure pas moins que la documentation de Clancy en géopolitique, sur les armes nouvelles ou sur les services les plus secrets du monde est impressionnante. C'est à mon avis l'intérêt essentiel de ce livre qui par ailleurs
traîne un peu en longueur.