CLUB-CINE VILLAGE-Pasteur
4, rue de Chézy 92200 Neuilly-sur-Seine

Au programme du Ciné Club du 9 decembre à 20h 30 ,

avec les eclairages de Jean Collet

Ivre de femmes et de peinture

Chihwaseon, Corée, 2002

de : Im Kwon-Taek
Scénario
: Im Kwon-Taek, Kim Young-Oak
Avec : Choi Min-Sik, Ahn Sung-Ki, You Ho-Jeong, Kim Yeo-Jin, Son Ye-Jin, Han Myoung-Gu
Photo : Jung Il-Sung
Musique : Kim Young-Don
Durée : 1h57
Sortie : 27 Novembre 2002

Années 1850. La dynastie Chosun touche à sa fin, plongeant le pays dans une crise politique et économique sans précédent. Orphelin contraint à la mendicité, Jang Seung-Up est secouru par un intellectuel fasciné par ses aptitudes à la peinture. Génie facétieux et indiscipliné, Jang imite à la perfection ses maîtres avant de rechercher de nouvelles inspirations.

UNE HISTOIRE VRAIE

Ivre de femmes et de peinture laisse Jang Seung-Up libre d'exercer son métier, alors que le pays s'effondre sous ses yeux. Jang est accueilli à bras ouverts par une aristocratie férue d'art. Une vie d'ascète contre une existence voluptueuse. Malgré le fossé qui les sépare, les deux portraits se recoupent étrangement. Résistant aux vexations, l'art piétine les hiérarchies sociales Avant d'être un plaidoyer pour l'oenologie et la gent féminine, Ivre de femmes et de peinture parle essentiellement de création. Secondaires au récit, les remous historiques n'écrasent jamais l'identité de l'artiste. Tout le talent formel d'Im Kwon-Taek est mis au service de la maîtrise spectaculaire du pinceau et de la précision singulière du trait.

NATURE ET DECOUVERTES

Au milieu d'une flore luxuriante, le cinéaste contemple d'un oeil expert la maturation et les tremblements d'une oeuvre raffinée. Jang devient Ohwon, mais refuse de signer ses toiles pour mieux s'effacer derrière elles. Chacune de ses exécutions sert de point d?orgue à une intrigue parfois inégale. Les témoins se multiplient, les lieux et les visages se confondent au fil des pérégrinations. Un seul point de ralliement: la peinture. Im Kwon-Taek n'entretient pas d?autre suspense que celui du dessin. Ohwon lève le pinceau et c'est tout le film qui retient sa respiration. La nature effervescente et la beauté exquise des courtisanes guident le geste ample et gracieux de la main. La dilution de l'encre convie les regards, l'éclosion d?une fleur abrège les discours. Une grue devient la plus belle des déclarations d'amour, une nuance de couleur la plus vibrante preuve d'amitié. L'ivresse du titre entraîne bien une ivresse des sens. Les peintures d'Ohwon visent non pas la reproduction exacte, mais la recréation du monde. Chez Im, nulle frontière entre l'art et la nature. Les paysages prolongent la bordure d'un paravent. La vivacité du trait répond à la quiétude de la mise en scène. L'éclat d'une robe ou les lignes brisées d'une pierre parviennent aussi à émouvoir.

L'ART EST DANS LA RUE

Ohwon a réellement vécu. Mais le peu d'éléments biographiques qui subsistent orientent le film vers une forme moins solennelle, dédiée à toute manifestation du Beau. Un long flash-back s'attarde sur la formation du peintre en rupture avec son temps. La personnalité double et irrévérencieuse de Jang Seung-Up se conjugue aisément à la fiction. Roturier insolent, ce héros malgré lui décline une invitation à la cour et n'obéit qu'à une seule loi: son inspiration. Rustre et coléreux, patient et délicat, Ohwon intrigue autant par son génie que par son caractère imprévisible. Après Failan, Choi Min-Sik confirme l'étendue de son répertoire. Clown grotesque se découvrant un don insensé, le peintre hérite du regard triste et intense de l'acteur. La quête de l'absolu éloigne Ohwon de toute arrière-pensée commerciale. Elle l'amène à repousser encore et toujours les frontières d'un art en mouvement. Les compositions impeccables d?Im Kwon-Taek offrent un aperçu du perfectionnisme d'Ohwon, indifférent au savoir prodigué par les écoles. Le classicisme et l'épure de la réalisation sont trop vite identifiés à un quelconque modèle académique. Avec Ivre de femmes et de peinture, Im trouve le point de rencontre idéal entre l'homme et la légende